Prix littéraires du Gouverneur général

La raison des fleurs

La raison des fleurs

de Michaël Trahan

Le Quartanier; distribué par Diffusion Dimedia

978-2-89698-359-9

Synopsis

Pendant des années, j’ai été hanté par les vagues, le ressac, le souvenir d’un corps happé par le fond des eaux. Je cherchais à épuiser une scène dont je n’arrivais pas à revenir. J’ai ainsi habité un rêve qui ne m’appartenait pas, une photographie prise dans les années 1950, puis oubliée ou perdue avant d’être développée. Quelqu’un en a découvert le négatif par hasard dans une brocante un demi-siècle plus tard. Une femme se tient debout sur la plage. Le soleil tombe, l’horizon est bleu, rose, mauve. La mer roule à ses pieds. La femme regarde au loin. C’est à peine si on voit le profil de son visage. Ce n’est pas vraiment une réponse. C’est une fiction de la disparition, une enquête sur le silence de quelques images que je traîne depuis trop longtemps. C’est un requiem : un chant qui ouvre le calme pour les morts et les vivants. C’est la logique de l’encre poussée à sa vraie limite de chose vraie.

« Entrer en ses pages, c’est s’aventurer dans le dédale de la densité humaine, autant réflexive que physique, en s’accrochant au réel par les petits détails; c’est aussi l’exploration et l’apprivoisement de la vulnérabilité. À la fois construction tranquille et envoûtement, ce requiem révèle l’amplitude que peuvent prendre le silence et la disparition. Michaël Trahan nous propose ici une expérience poétique totale. »

Comité d’évaluation par les pairs : Jean-Marc Desgent, Lise Gaboury-Diallo, Marie-Andrée Gill

Michael Trahan
Photo : Justine Latour

Notice biographique

Michaël Trahan est né en 1984. Il a grandi à Acton Vale, en Montérégie, avant de s’établir à Montréal au début des années 2000. Au Quartanier, il a publié La raison des fleurs (2017) et Nœud coulant (gagnant en 2013 : du prix Émile-Nelligan, du Prix du Festival de la poésie de Montréal et du prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec). Il est aussi l’auteur d’un essai sur la réception de Sade, La postérité du scandale (Nota bene, 2017), et d’une thèse de doctorat sur la lisibilité de la littérature dans le champ poétique français contemporain. Il est directeur littéraire de la revue Estuaire.

49th ShelfConseil des Bibliothèques Urbaines du Canada Le Centre d'accès équitable aux bibliothèquesChapters IndigoApple Books RakutenKoboLes librairesLe réseau national de services de bibliothèque équitablesLes Voix de la Poésie